mardi 22 décembre 2009

ce qu'on ne ne nous dit pas...

sur les suites de couches!
Tout d'abord, la silhouette. J'ai été très étonnée de voir que le lendemain de l'accouchement, je n'avais pas vraiment dégonflée. J'étais même inquiète,  je pensais qu'on en avait oublié un dans mon ventre! Impression renforcée par les tracas intestinaux qui me rappelaient  les mouvements de bébé les derniers mois... Oui parce que niveau intestinal et plus généralement digestion, c'est pas la panacée! Je ne sais pas si c'est propre aux "césariennes" (le clan dont je faisais partie à la maternité, où il y a une véritable distinction entre les "voies basses" et les "césariennes", si c'est pas de la discrimination ça!), mais j'ai cru comprendre que non. Bref, gros problèmes au bide, n'y allons pas par quatre chemins, j'avais prévenu que ça n'allait pas être glamour: constipation persistante, à la limite de l'occlusion intestinale. Et souvent accompagnée d'hémorroïdes (dans mon cas, non, car tout s'est débloqué en une semaine, mais j'en connais qui ont eu de gros problèmes au point de devoir consulter un gastro entérologue). 
Tous les jours, infirmières qui viennent filer la dose de cachetons (conséquentes) et piquer dans le ventre (risque de phlébite). Le balai incessant des infirmières, sage-femmes, auxiliaires puéricultrices, kiné, femmes de ménage et j'en passe, qui empêche tout repos à la maternité, avec des nuits blanches (entre les sonnettes des chambres et les pleurs des bébés...). Je pensai pouvoir me reposer... j'étais trop contente le jour de la sortie que tout ceci s'arrête enfin! Sans compter les injonctions franchement déplaisantes des auxiliaires qui n'ont de cesse de vous ordonner de faire comme ci ou comme ça avec votre bébé, vous dépossédant de votre maternité et de votre confiance en vous du même coup! Impossible de leur faire entendre qu'avec un chauffage en panne non, je ne donnerai pas son bain au bébé. Enfin si, j'ai fini par me faire entendre mais j'ai du me fâcher. Je l'ai laissé à un espèce de dragon à la nurserie deux nuits, et chaque fois qu'elle me la ramenait, me disait qu'elle n'avait pas été sage (je m'interroge sur la "sagesse" d'un bébé de trois jours!) car elle avait un peu pleuré. Et qui également m'affirmait que je devais l'avoir habitué aux bras ou bien qui me soupçonnait de lui arracher le biberon alors qu'elle mangeait... no comment, autant dire que je ne l'ai pas renvoyé à la nurserie!
J'allais oublié: les pertes abondantes de sang qui durent 15 jours (oui, pas encore finies...), la cicatrice de la césarienne qui tire, empêche tout effort pour trois semaines, oblige à dormir sur le dos (grrrrrr!!!!) et à se tenir le ventre à chaque mouvement...
J'ai accouché il y a 10 jours et je dois dire que mon ventre a bien dégonflé, je n'ai pas trop à me plaindre. J'ai l'impression que tout va rentrer dans l'ordre assez rapidement.
Il me faut ensuite vous parler du baby blues. Qui débute trois jours après l'accouchement en général et j'étais pile poil dans la norme. Assez impressionnant, torrent de larmes en permanence, pour un oui ou pour un non et totalement incontrôlable. Là aussi je m'en sors bien, il est passé très vite.
Pourquoi je vous raconte tout ça?





Tout simplement parce que je ne me sens pas le droit de me plaindre (car le résultat est magique et que j'ai conscience d'avoir de la chance déjà d'être tombée enceinte et cette heureuse issue), sauf sur ce blog et ensuite parce que j'aurais bien aimé savoir tout ça, cela m'aurait permis de moins stresser.
Enregistrer un commentaire