samedi 17 mai 2014

De la nourriture pour chats



















Je suis accro aux chats depuis l'enfance, à leur grâce, leur beauté, leur douceur, leur odeur etc. Je ne peux pas vivre sans chats. Cela m'est impossible. Pour les raisons objectives évoquée plus haut et pour d'autres raisons plus obscures, moins évidentes, "transcendantales"(rien que ça!).
J'adore les animaux tous, sans exception. Et comme je l'ai déjà dit, nous sommes responsables de leur bien-être et de leur sauvegarde en tant qu'"animal humain" au sommet de la chaîne alimentaire.
Alors quand il s'agit de m'occuper de mes chats, je ne plaisante pas. J'en ai deux, deux femelles, la maman et sa fille (les deux sont aujourd'hui stérilisées). Deux chats uniques avec chacune leur caractère, toutes les deux adorables et avec une grande dépendance à notre présence et à nos câlins.
Elles font partie de la famille.
Je suis très attentive à leur bien-être et leur santé, donc à leur nourriture.
Imaginez que l'industrie agro-alimentaire nous a fait manger des vaches devenues "folles" car nourries avec des farines animales (comment penser à rendre des vaches carnivores sans aucun état d'âme..), nous donne encore à manger des animaux gavés d'antibiotiques, gavés tout court avec... dieu seul sait quelle nourriture, dans des conditions abominables (les poules étant tellement stressées qu'elles s'auto-mutilent, d'où l'obligation de leur couper le bec et les griffes)... vous imaginerez ce que peut contenir les aliments pour nos animaux domestiques...
J'essaie donc de nourrir mes chats sans bouffe industrielle, comme nous. Evidemment, difficile de faire l'impasse sur les croquettes, mais achetées chez le véto.
Comme je ne soumets pas ma fille à notre "régime" végétarien, les chats profitent de la nourriture achetée pour ma fille. Viande rouge, jambon, poissons blancs, crevettes, j'achète pour ma fille et les chats. Cela fait hurler mon chéri pour qui les animaux n'ont pas à être traités à égalité avec les humains, mais pour moi, il n'y a aucune hiérarchie entre eux et nous. Il y a peu de temps, les chercheurs ont découvert que les animaux avaient conscience d'eux-mêmes. Ce qui était censé être LA différence entre eux et nous est donc remise en question. Alors évidemment, je l'ai lu dans une revue juridique, pas d'annonce à la grand messe du 20h... Il est tellement plus confortable de ne voir en eux que des "objets".
Malgré ce blabla pas très joyeux, j'espère vous faire sourire avec les différentes photos...!






dimanche 4 mai 2014

les tourments de la vie...

Voilà quelques mois que le blog fonctionne au ralenti, à tel point que je me demande si je ne vais pas arrêter tellement il n'est pas en adéquation avec ma vie.
Je ne parle que très rarement de moi, même si par-ci par-là vous avez pu comprendre que j'étais malade, non d'un rhume mais d'une maladie plus insidieuse et plus... définitive.
La partie de moi qui aime les produits de beauté et les fringues existe toujours mais ce n'est qu'une infime partie de moi. Je ne suis pas capable de pousser à la consommation, essayant moi-même de restreindre la mienne, ou du moins de mieux consommer depuis une quinzaine d'années. Je me suis réellement dit que cela suffisait quand, contactée par des agences/régies/etc me proposant rémunérations contre articles, je n'ai pas même pu répondre...
Je ne vis pas de mon blog et pour cela, j'ai la chance inestimable de pouvoir m'exprimer ici en toute liberté. Ce que je ne fais pas suffisamment à mon goût.
Je suis végétarienne depuis que j'ai 20 ans, contre toutes les cruautés infligées aux animaux peu importe le prétexte, je pense qu'ils nous sont égaux mais différents et que nous avons une responsabilité du fait de notre prédominance à leur égard. Je pense que nous avons une responsabilité envers la Terre elle-même, que "Dieu" est tout simplement la "Nature" au sens très large du terme. Je vis beaucoup de "récup" (je n'achète que très rarement des meubles) et j'adore donner une seconde vie aux choses. J'aime les objets qui ont une histoire.
J'aime plus la musique, la littérature ou le cinéma que les fringues ou le maquillage... Ma consommation de fringues est impulsive quand je vais mal, sinon elle est raisonnée et raisonnable.
Outre une maladie neurologique, je souffre d'autres symptômes purement psychosomatiques car la vie que je menais me convenait tellement peu que j'en ai développé des pathologies chroniques invalidantes. Voilà où l'être humain peut en arriver en niant sa propre nature et son moi profond. J'ai trop fait taire qui j'étais pendant de trop nombreuses années.
Je  lis beaucoup, les livres m'ont toujours aidé à vivre et j'ai envie de parler de ces livres. J'ai envie de parler de ce qui me touche plus profondément, des efforts que je fais pour respecter l'environnement, de comment je cuisine pour essayer d'avoir une alimentation saine mais gourmande, de mes coups de coeur dans de plus nombreux domaines.
Je continuerai à vous parler de fringues et de produits de beauté mais épisodiquement et de façon différente.
Il est essentiel pour moi de prendre ce virage ici. J'espère que certaines s'y retrouveront un peu et que je pourrai donner des idées à d'autres.
Ce chapitre clos, bienvenue sur mon "nouveau" blog!

Pierre Rabhi