vendredi 27 juin 2008

nouveaux achats



J'ai décidé de renouveler ma garde-robe...pas du tout parce que la période y est propice, mais comme un grand coup de balais dans mes placards, je vends même mon Gérard Darel sur le site de vente aux enchères dont je ne citerai pas le nom, parce qu'il vient de mettre en place un système complètement aberrant d'évaluations! Me faire de la pub sur mon blog???? Pas mon style...
Et puis, je m'informe...et vraiment j'ai beaucoup de peine quand j'entends aux infos que les magasins n'ont rien vendu, et moi, je suis solidaire et altruiste, je suis née comme ça. L'économie décline? Vite au secours de notre économie... bon, quant à MES économies... 
Je pourrais continuer avec tous les choses susceptibles de décliner et toute l'énergie que je pourrais employer à les redresser, mais cela serait franchement ennuyeux, franchement facile et cela pourrait franchement déraper!
voilà mes derniers achats chez gap et Les Petites...

mercredi 25 juin 2008

Les femmes dans le temps et avec le temps


les femmes des années 50 étaient-elles plus heureuses?

suite "solditude"




Je suis toujours étonnée de l'acharnement des femmes (en l'occurrence, les fringues c'est plutôt un truc de femmes) ces jours là, le vêtement devenant le symbole de son identité, de son moi, et de sa place dans la société. Et sa place, il faut la défendre et surtout se faire respecter. Les magasins: un terrain de combat où l'enjeu semble être devenu vital. 

le paraître 3: "solditude"

je m'en veux d'inventer un mot, car cette "mode" lancée pendant la présidentielle, je ne l'approuve pas, loin de là! Je n'y vois qu'une stratégie de communication supplémentaire qui nous rappelle à quel point la politique est devenue un spectacle comme les autres, et je respecte bien trop la politique et notre régime démocratique pour adhérer à ce genre de démarche qui n'a comme objet que de se "vendre". Je tiens à préciser que je parle dans ce cas-là de nos deux ex-candidats à la présidentielle. Tout ça pour vous dire que j'emploie le terme de "solditude" avec cynisme, d'abord pour la raison que je viens de vous expliquer, ensuite parce que oui, j'aime la facilité, et c'était  le meilleur moyen pour moi d'écrire sur les grands moments de solitudes expérimentés pendant les soldes!
Mon budget étant limité (en vérité, j'étais censée ne pas avoir de budget), je me suis contentée du minimum (terme au combien adoré car tellement subjectif!). Mon minimum: une paire d'escarpin à tomber (mon argument est simple: je n'avais pas de chaussures grises, je n'aime pas mes jambes or ce sont les SEULES chaussures qui vont me permettre de tolérer jupes et robes) et bien sûr quelques babioles (:bijoux pilgrim indispensables, j'ai tellement peu de bijoux, d'ailleurs je crois que je n'en ai pas, non, je sais, c'est trop dur, mais ne pleurez pas, j'y ai remédié). Tout ça après avoir écumé beaucoup beaucoup de magasins, et m'être fait insultée à de nombreuses reprises (oui, à un moment, c'était impardonnable, je me suis assise à côté d'une dame, et elle a trouvé que je prenais un peu trop de place, voire que j'empiétais un peu sur son territoire et le territoire dans un magasin de chaussures au 1er jour des soldes, ça se défend bec et ongles).

mardi 24 juin 2008

l'être 2

soirée à ne pas manquer sur arte, un thema sur les tabous de l'esclavage, avec notamment un premier documentaire sur l'esclavage en Mauritanie, un deuxième passionnant sur la pratique de l'esclavage par les "blancs" sur les "noirs", par les "noirs" sur les "noirs", par les "arabes" sur les "noirs". Une réflexion supplémentaire sur la nature de l'homme et sur la notion d'"humanité".

Nostalgie




influence des BD, photos superbes, enfance, la vie est belle. Image de LA femme dans ma mémoire.

foulards, ma passion...



...et pourtant je vous quitte!

ma décision est prise...


... le sarouel, je le porte avec talons, c'est comme ça, je ne changerais pas d'avis, c'est définitif et sans appel!

AVANT...


... en espèrant qu'il y ait un après!
dernière trouvaille meuble pas cher, pas cher, maintenant au travail, y a du boulot de restauration!
ce buffet sera peut-être un thème récurrent dans ce blog, je ne sais pas par où attaquer! enfin , j'ai idée qu'il faut que je commence par le décaper!

dimanche 22 juin 2008

adresse













http://vide-greniers.org/agendaDepartement.php?departement=75

le paraître 2


toujours à la recherche de ma veste bleue idéale, toujours à la recherche de mes meubles années 50 à 1 euro (ben quoi?), toujours à la recherche de blogs avec de vrais idées de récup', décalé, avec de vrais bonnes adresses (c'est-à-dire pas chères et pas pour parisiennes branchées) et même ...rêvons un peu, avec une démarche citoyenne cohérente!!!

big star


Je suis un chat de 5 ans qui aime les crevettes, je suis le plus mignon de la planète... mon chat, ma  ????

vendredi 20 juin 2008

Travail


Pendant que certains s'adonnent à une activité intense, d'autres n'en foutent vraiment pas une!
Je veux ici manifester ma solidarité avec celles et ceux qui ont tellement de travail qu'ils ne savent plus par quoi commencer.
Je veux ici manifester mon mépris pour tous ceux qui exigent des autres ce qu'ils ne sont pas capables de faire eux-mêmes, ceux qui assènent des conseils et vérités qu'ils ne s'appliquent pas à eux-mêmes, ceux qui ont besoin de dénigrer tout divertissement populaire pour se sentir appartenir à une élite, ceux qui s'arrogent le droit de juger les autres, ceux qui se savent faillibles mais qui font tout pour donner l'illusion qu'ils sont infaillibles quitte à mentir, tricher et accuser les autres, ceux qui se font passer pour compétent, ceux qui s'approprient le travail d'autrui.
Je devrais sans doute être indulgente car ce sont à l'évidence des êtres bien malheureux.
Le problème avec ces gens si malheureux, c'est qu'ils se délectent du malheur d'autrui.
Je suis certaine que nous connaissons tous des personnages (car ce ne sont pas des personnes) qui répondent à cette grandeur d'âme!
Je ne jugerai pas la mécanique qui les agitent, mais je souhaite m'en prévenir et je n'ai pas encore trouver toutes les parades contre ce genre d'individus quand je suis obligée de les côtoyer professionnellement.

lundi 16 juin 2008

Drogue légale


Soumis au stress? le reméde: les anxiolitiques! Vive les anxiolitiques!

Patience. J'aime ce mot. Il me semble que c'est ce qui nous manque le plus aujourd'hui, à nous, heureux (?) occidentaux. Est-ce que les hommes naissent avec cette vertu? Certainement pas, évidemment, tout le rôle des parents est d'apprendre à son enfant qu'il ne peut pas tout avoir à l'instant où il le désire...
Mais alors pourquoi à l'âge adulte avons-nous du mal à être patient?
On se rappelle tous de cette maxime de Jean de La fontaine: "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".
Certainement que la société nous dicte notre impatience. 
La société de consommation qui nous fait miroiter des choses sans lesquelles nous ne serions pas heureux et qu'il faut posséder à tout prix et tout de suite! on est pris dans la spirale de la consommation frénétique et envisagée comme un besoin.
La société va vite, la société du travail nous enjoint à être productif, comment échapper au stress et à l'impatience?
J'ai décidé d'apprendre la patience, de m'éduquer. Je pense que je vivrais mieux (et peut-être plus longtemps!). 

vendredi 13 juin 2008

le paraître


Les soldes le mercredi 25 juin...par quoi commencer, mon planning n'est pas préparé, quelle horreur!!!!

Commençons par le commencement: mes finances. De combien suis-je censée disposer et de quelle somme je vais me délester sans état d'âme??

Pfff, je joue le jeu ou je ne le joue pas...

l'être

Il n’y a rien qui me rappelle plus à quel point je suis avant tout un animal, un objet, un bout de viande, que lorsque je dois subir une intervention chirurgicale. Je n’ai plus l’impression de m’appartenir. Comme si en temps normal (le temps où le moteur fonctionne si bien que je ne l’entends même plus rugir) j’avais une complète maîtrise sur mon corps, comme si moi et mon corps nous ne faisions qu’un. J’envisagerais donc mon corps comme le prolongement de mon âme !
Mais mon corps est une machine, et drôlement complexe la machine ! Voilà sans doute pourquoi les médecins, chirurgiens, anesthésistes et autres, ne prennent pas en considération mon humanité. Ils ne voient pas mon âme. Ils réparent une machine.Il faut que je les comprenne. Ils ont besoin de me déshumaniser. Même si j’ai envie de leur crier : je suis un être humain et je souffre, je suis anxieuse, je n’ai pas l’habitude de passer mes journées dans un bloc opératoire, dans un hôpital !